deutsch  italiano  english  español  português  contact + info

Dario Läuppi Mettre le système immunitaire à l’abri de la crise – les points essentiels

Ce thème a soudainement gagné en actualité. Le système immunitaire joue un rôle clé dans la santé, il est unique et exclusif pour chaque individu. Son imprégnation commence dans le ventre maternel et pendant un accouchement naturel et l’allaitement et dépend des contacts individuels avec des potentiels agents pathogènes et de la réaction du propre microbiome. Il a ses propres cellules mémoires qui produisent des nouveaux anticorps et maintiennent une protection immunitaire pendant des années.

L’immunité peut généralement être fortifiée de manière proactive quand les faits les suivants sont observés :
  • une alimentation équilibrée et variée ainsi que la prise orale régulière de liquide : Les intestins contiennent un vaste système immunitaire (le plus grand de l’organisme). La muqueuse de l'intestin grêle humain contient des lymphocytes, plasmocytes, macrophages, etc. Alors, manger des aliments si complètes que possibles, aussi des crudités, cela rassasie. Toutes les muqueuses ont besoin d’assez liquide, alors boire assez d’eau – il est impossible étancher la soif avec des boissons alcooliques ou sucrées
  • assez d’activité physique, si possible en plein air, cela permet aussi d’avoir 
  • un sommeil de meilleure qualité (son manque faiblit la réponse immunitaire) qui fait aussi bien à
  • la psycho-neuro-immunologie : Ne pas stresser pour le confinement, la distanciation sociale ou les masques de protection respiratoire. Ces mesures visent la réduction du risque de contamination et évitent cependant un engorgement des unités de soins intensifs des hôpitaux.
Aux personnes des groupes à risque, notamment celles qui
  • soufrent d’infections virales, manque de vitamines, tumeurs, maladies rénales, hépatiques et pancréatiques chroniques ou stress intense ou fatigue extrême et
  • prennent des corticostéroïdes, antiphlogistiques, cytostatiques et immunosuppresseurs et
  • sont soumis à une radiothérapie ou viennent de subir une intervention chirurgicale et
  • ont des problèmes cardiovasculaires et respiratoires et courent un risque de thrombose (y compris inhibiteurs d’ovulation et cigarettes) et
  • sont en surpoids ou obèses,
est recommandé un bilan de santé approfondi pour une stimulation physiologique des pouvoirs d’auto-guérison et sortir, dans le meilleur des cas à moyen et long terme, de l’état chronique. C’est évident que même si on ne fait pas partie d’un groupe à risque il est d’avantage de veiller des points faibles de son organisme pour éviter qu’ils deviennent des maladies chroniques.

     Les vaccinations devraient fournir une protection spécifique pendant des années. Mais contre quelques maladies infectieuses (paludisme, dengue, zika, etc.) on cherche en vain un vaccin depuis des années. Quelques vaccins développés trop vite (sans respecter toutes les quattre phases) se sont révélées problématiques (narcolepsie de jeunes après un vaccin contre la grippe porcine après 2009). Donc, une réussite n’est pas garantie à ce sujet et attendre patiemment une possible vaccination ne suffit guère. Prendre sa part de responsabilité en relation à la santé peut avoir des atouts parce que, après cette pandémie de Covid-19 sûrement viendrà une prochaine épidémie.

Pour conclure, une courte comparaison de différentes approches médicales

     La médecine surtout orientés sur des aspects techniques–interventionnels et chimiques–pharmacologiques tire ses conclusions après avoir effectué des procédures fractionnés dans le cadre d’analyses de laboratoire, méthodes d’imagerie, biopsies et autopsies. Quand la validation correspond á des tableaux cliniques communs sont entamés des thérapies selon des protocoles médicaux établis. Si non, des études statistiques sont lancées et introduits des nouveaux protocoles de traitement. Des études ressortent seulement quelque chose sur la distribution de certaines caractéristiques de sous-populations définies, mais rien sur les cas individuels. Si quelqu’un fait vraiment partie d’un groupe statistique pourra seulement être vérifié rétroactivement, en conséquence, les pronostics sont souvent faits en citant les probabilités et possibilités. Pour les traitements on recourt principalement à la chirurgie et aux médicaments de synthèse, leurs effets sont aussi évalués avec des études en double aveugle, qui ne sont pas toujours possibles pour des raisons éthiques.
     Tous les naturothérapeutes mobilisent traditionnellement les pouvoirs d’auto-guérison et la capacité d’autorégulation individuelle et recommandent de limiter les mesures invasives au strict minimum. Parmi eux se distinguent les praticiens EAV par, avant tout, la détection en détail de la constitution corporelle bioélectrique actuelle et sa documentation, et, immédiatement ensuite, la sélection pragmatique des remèdes et thérapies qui peut être suivie de manière continue et régulière. Sur sur cette méthode il y a une gamme très diversifiée de travaux de recherche théorétiques et empiriques. Et ne nous laissons pas confondre : Sans la capacité de régénération des patients, même le meilleur médecin de soins intensifs a pieds et poings liés.
 
© Dario Läuppi (Version 06/2020) ®

 index